Débat/ Les demandes du club des entrepreneurs pour le Budget 2013



Guillaume Cairou/ d.r.

« La France n'a plus le choix, elle doit réagir et réformer son modèle. Ce ne sont pas les dépenses publiques mais les réformes de structure qui peuvent relancer la croissance. Voilà pourquoi la priorité doit, sans attendre, aller à la maîtrise des coûts de production, à l'investissement, à l'innovation et à la recherche et non à la subvention publique d'emplois précaires réservés à la fonction publique » précise Guillaume Cairou.
Aussi demande t-il aux parlementaires lors de l’étude du projet de Loi de Finances de débattre de ces quatre propositions :

• Mettre en place une réforme structurelle de l'impôt sur les sociétés (IS), et une modulation du taux en fonction de la taille de l'entreprise.
• Baisser les cotisations sociales pour alléger le coût du travail pour les entreprises qui recrutent.
• Instaurer une dévaluation fiscale (comme en Allemagne) visant à abaisser le coût du travail pour les entreprises exportatrices car la chance de la France, ce sont ses entrepreneurs Les marges brutes de nos entreprises n'ont cessé de s'éroder, pour tomber à 28,6 %. Ils sont proches de 40 % en Allemagne. C'est bien que nos Gouvernements prennent les mauvaises décisions.
. Contraindre l'Etat à montrer l'exemple en entamant une stratégie de redressement de ses comptes par la nomination d'un commissaire à la réduction des dépenses publiques et en faisant en sorte que pour une augmentation d'un euro des recettes fiscales pesant sur les entreprises comme sur nos salariés, trois euros de dépenses publiques soient supprimées.